La salle d’accouchement et le dilemme des futurs papas

delivery-room-dads-620x430

 pc Le groupe ParentsCanada est le plus ancien éditeur au Canada publiant le plus grand nombre de magazines pour les parents. Chez ParentsCanada, notre mission est de fournir aux parents Canadiens de l’information opportune et importante sur les différentes étapes de la parentalité, de la grossesse aux années d’adolescence.

Être ou ne pas être dans la salle d’accouchement… Voilà une question qui tracasse bien des futurs papas, à mesure que la naissance approche.

De nos jours, on s’attend presque systématiquement à ce que la mère soit accompagnée par son partenaire dans la salle d’accouchement. À vrai dire, pour certains pères, relever ce défi peut se révéler littéralement terrifiant.

Bien des hommes se demandent s’ils tiendront le coup dans la salle d’accouchement, mais en même temps, ils ne veulent pas décevoir la future maman, et veulent aussi être présent pendant ce moment unique.

Nombreux sont ceux qui redoutent de s’évanouir, d’avoir la nausée, d’arriver en retard, de voir leur partenaire souffrir ou de se sentir tout simplement impuissants.

Que peut-on faire pour se préparer à cet événement unique? Voici des conseils pour les pères qui s’apprêtent à vivre un accouchement.

Informez-vous

L’inconnu suscite la peur… surtout si vous imaginez la naissance comme un scénario de film d’horreur. Pour certains, les cours prénataux aident à dissiper bien des craintes.

Ils aident à comprendre le travail et l’accouchement, et familiarisent avec le déroulement des événements et les procédures hospitalières courantes. Vous y ferez le plein d’idées et de techniques (positions optimales, exercices respiratoires, moyens d’améliorer le confort de la mère, techniques de relaxation) qui vous aideront à épauler votre partenaire. Si vous avez peur de vous évanouir, parlez-en à la personne qui anime le cours. Elle vous expliquera comment vous placer pour que vous puissiez apporter du soutien sans être sur la ligne de front.

Lisez

Il existe d’excellents livres sur l’accouchement, certains écrits par des hommes qui sont passés par là. Ils sont tout indiqués pour vous préparer à la naissance — et à la paternité.

Posez vos questions

N’hésitez pas à aborder les questions qui vous préoccupent pendant vos cours prénataux ni à en parler avec le médecin ou la sage-femme qui accompagne la grossesse. Allez-y, posez toutes les questions qui vous tracassent et n’oubliez pas que les questions idiotes n’existent pas. Plus vous serez informé, plus vous serez sûr de vous.

Définissez votre rôle

Certains pères envisagent leur rôle avec incertitude. S’attend-on à ce que vous fassiez la meneuse de claques? L’entraîneur? L’infirmier? Il y a bien des chances que votre partenaire ait besoin de votre soutien à chaque étape du travail. Soyez ouvert : expliquez-lui comment vous vous sentez, et pourquoi. Vous gagnerez beaucoup à clarifier votre rôle. À quoi votre partenaire s’attend-elle de vous pendant l’accouchement? Précisez ce avec quoi vous êtes à l’aise. Ensemble, vous trouverez un plan qui vous conviendra à tous les deux.

Si vous éprouvez encore de l’appréhension, songez à prévoir du soutien additionnel. Gardez en tête que cette personne partagera avec vous une expérience intime. Il importe donc de lui faire savoir que, si son soutien est bienvenu, elle doit se garder d’imposer des idées ou des croyances.

Familiarisez-vous avec l’environnement

Familiarisez-vous avec l’hôpital où l’accouchement doit avoir lieu. Avec votre partenaire, planifiez une visite. Vous pouvez aussi prévoir l’itinéraire que vous emprunterez pour vous rendre à l’hôpital le jour (ou la nuit) de l’accouchement. Pensez aux obstacles potentiels : heure de pointe, conditions climatiques, travaux routiers, etc. Préparez des itinéraires de rechange et n’oubliez pas de faire le plein!

Parlez aux « experts »

Les pères qui ont vécu un accouchement récemment représentent de précieuses ressources. Ils sont bien placés pour vous donner une bonne idée de ce qui vous attend. Et au surplus, il est bon de sentir que l’on n’est pas seul.

Prévoyez l’imprévisible

Pendant l’accouchement, les besoins et l’humeur de la mère peuvent changer brusquement. Elle peut vous traiter de tous les noms, et dans le même soufflé vous demander de la serrer tendrement dans vos bras. Ne lui en tenez pas rigueur. Rappelez-vous qu’elle passe par toute une gamme d’émotions. Essayez d’être présent et laissez-la vous guider.

En tant que partenaire, pendant le travail, vous jouez un rôle important en aidant la mère à mieux relever le défi de l’accouchement. La simple présence du père, calme aux côtés de la mère, n’a pas de prix. Au final, dans la salle d’accouchement, le père offre bien plus que son soutien. Il est le porte-parole de la mère, son protecteur. Et quand il prend son enfant dans ses bras pour la première fois, la récompense est inestimable.

 


 

Ce blogue pourrait contenir des déclarations ne représentant pas l’avis de Reitmans (Canada) limitée et de sa division Thyme Maternité. Reitmans (Canada) limitée et sa division Thyme Maternité ne représentent ni n’endossent l’exactitude et la fiabilité de toute déclaration faite par tout utilisateur de ce blogue, ou toute autre personne ou entité. L’opinion encourue à l’égard de toute déclaration se veut aux risques de l’utilisateur. Ni Reitmans (Canada) limitée et sa division Thyme Maternité et leurs partenaires, employés ou agents ne devraient être tenus responsables à l’égard de quiconque pour toute perte ou responsabilité résultant du contenu présent ou non sur le blogue. Assurez-vous de toujours consulter votre médecin avant d’apporter tout changement à votre alimentation ou plan d’exercices.